Actualités
 

Accueil > Actualités

Actualités

Fin d’année et impôts : comment les réduire ?

Les fêtes de fin d’année approchant, il est encore temps d’agir pour réduire son impôt. Certains investissements ou frais peuvent réduire le montant de l’impôt dû. Il est peutêtre opportun de programmer pour la fin d’année des dépenses qui étaient prévues en 2023. Zoom sur les principales mesures.

Chouchouter ses clients

Il est encore temps d’agir avant la fin de l’année pour réduire
ses impôts

Les cadeaux sont déductibles du résultat imposable lorsqu’ils sont offerts dans l’intérêt de l’entreprise, et que leur valeur n’est pas excessive par rapport à son chiffre d’affaires.

Ainsi, concilier la valorisation des relations d’affaires avec la réduction directe de ses impôts, n’est-il pas un bon compromis ?

Anticiper sa future retraite

Les sommes versées volontairement sur un contrat pour épargne retraite (PER ou contrat Madelin, par exemple) sont déductibles du résultat imposable 2022 dans la limite de 10 % des revenus 2021 imposables, plafonné toutefois à 32 908 €, soit 10 % de 8 fois le PASS 2021 ou, si plus favorable, plafonné à 10 % du PASS 2021, soit 4 113 €.

Se mettre à la finance

L’investissement dans des Fonds Communs de Placement dans l’Innovation (FCPI) ou dans des Fonds d’Investissement de Proximité (FIP) peut être une solution d’optimisation fiscale du patrimoine personnel.

Ils ouvrent droit à une réduction d’impôt de 25 % des sommes investies entre le 18 mars 2022 et le 31 décembre 2022, dans la limite de 12 000 € une personne seule ou 24 000 € pour un couple.

Prendre soin de ses aînés

établissement pour personnes dépendantes (maison de retraite, logement- foyer ou maison d’accueil), les dépenses effectuées pour le logement et la nourriture fournie donnent droit à la personne hébergée, à une réduction d’impôt de 25 % des dépenses réalisées retenues dans la limite de 10 000 €.

Investir dans la pierre

Depuis le 1er mars 2022, l’investissement locatif « Louer abordable » permet une réduction d’impôt allant de 15 % à 65 % du montant des loyers annuels reçus.

Sous réserve du respect de conditions de ressources du locataire et de loyers plafonnés, une convention avec l’Agence Nationale de l’Habitat doit être conclue depuis cette date, et le logement doit respecter un certain niveau de performance énergétique.

Par ailleurs, le dispositif Pinel est toujours en vigueur, et prorogé jusqu’au 31 décembre 2024. Il permet une réduction d’impôt, en 2022, allant de 12 % à 21 % du montant de l’investissement réalisé, sans pouvoir toutefois dépasser 300 000 €, travaux compris.

En plus de conditions de loyers plafonnés, le propriétaire doit s’engager à louer le bien pendant minimum 6 ans, à des locataires respectant certains plafonds de ressources.

Pensez-y ! La location entre ascendants et descendants est éligible à la réduction d’impôt Pinel. Un bon moyen de loger ses proches, tout en bénéficiant d’un coup de pouce fiscal.

La location meublée de certaines résidences donne droit à la réduction d’impôt Censi-Bouvard (résidence étudiante, pour personnes âgées ou handicapées, ou résidence d’accueil et soins). L’avantage fiscal accordé est de 11 % de l’investissement, plafonné à 300 000 €.

Pensez-y ! Une réduction d’impôt ne s’applique que si un impôt est à payer. Si le montant de l’impôt est nul, ou si un remboursement d’impôt est prévu, il faut privilégier les dépenses ouvrant droit à un crédit d’impôt.

Ne pas oublier ses enfants !

Trop souvent oubliés, les frais de scolarisation des enfants permettent une réduction d’impôt forfaitaire de 61 € (collège), 153 € (lycée) ou 183 € (étudiant).

Se faire aider dans les tâches du quotidien

Entretien du domicile, garde d’enfants, soutien scolaire, autant de services qui peuvent aider à mieux gérer le quotidien, et qui abaissent le montant des impôts du foyer.

Le bénéfice du crédit d’impôt est ouvert à tous les particuliers qui ont recours aux services de ménage à domicile et d’aide à la personne, le soutien scolaire, l’entretien de la maison (jardinage et bricolage), ou encore les prestation d’assistance informatique, ainsi que tout autre service éligible au crédit d’impôt (il en existe 26 au total).

L’avantage fiscal de 50 % obtenu est calculé sur la base des sommes données en rémunération, en échange du service effectué.

Bon à savoir : Le nouveau service « Avance immédiate », proposé par l’Urssaf et la Direction générale des Finances publiques permet de déduire le montant du crédit d’impôt du montant dû aux organismes de services à la personne, au fur et à mesure des paiements effectués.

Les services doivent être rendus soit par un salarié employé directement par le contribuable, soit par une association ou entreprise qui rend exclusivement des services à la personne.

Concernant les petits travaux de bricolage et de jardinage, et les prestations d’assistance informatique, les dépenses afférentes sont prises en compte dans les limites respectives de 500 €, 5 000 € et 3 000 € par foyer fiscal.

Réaliser des travaux dans les logements locatifs

Les dépenses courantes d’entretien et de réparation ou d’amélioration ont pour objectif de maintenir en bon état d’utilisation, et de conserver le logement acquis et mis en location.

Les dépenses et acomptes versés aux artisans et afférents à ces charges sont immédiatement déductibles du résultat foncier imposable, à la date de leur paiement.

Si les locaux ont besoin d’un coup de neuf, c’est le moment de songer à des travaux de peinture, nettoyage, ou encore électricité et réfection partielle de la toiture.

Être généreux

Jusqu’au 31 décembre 2022, ouvrent droit à une réduction d’impôt les dons effectués au profit des associations cultuelles et de bienfaisance. Le taux de la réduction est de 75 %, dans la limite de 554 € de don, et 66 % au-delà de ce montant.

Également, les dons « Coluche » (fourniture de repas, soins des personnes en difficulté, aide aux logements, etc.) et les dons en faveur des associations aidant les victimes de violences conjugales offrent une réduction d’impôt de 75 %, dans la limite de 1 000 € de don, et 66 % au-delà de ce montant.

Quant aux dons en faveur des organismes d’intérêt général, ils ouvrent toujours droit à une réduction d’impôt de 66 % de leur montant, dans la limite de 20 % du revenu imposable du contribuable.

Exemple : Un don de 2 000 € en faveur d’une association défendant les victimes de violences conjugales donnera droit à un crédit d’impôt de 1 410 € (75 % x 1 000 € + 66 % x 1 000 €), et reviendra donc à 590 €.

Natacha Grangez et Marine Viron, Fiscalistes AS Entreprises -
ngrangez@as-entreprises.fr



Retour
Retour